Une digitalisation agroalimentaire à deux vitesses

digitalisation agroalimentaire : les initiatives passent par des partenariats

La digitalisation de l’agroalimentaire tarde à se manifester. Les freins sont parfois technologiques. Parfois stratégiques. En effet, il est difficile de changer des process installés depuis des années. Peut-être par peur des risques sanitaires et des normes hygiéniques. Parfois, le changement est un risque…

Pourtant, comme pour le retail, et de nombreux autres secteurs, la digitalisation de l’agroalimentaire est devenue une nécessité.

Le digital 100% communication

Pour être visible…

Le domaine qui recourt le plus au digital est celui de la communication. En effet, en janvier 2018, l’industrie agroalimentaire comptait 53 millions de fans sur Facebook. Elle se place ainsi devant le e-commerce et la mode! Pourtant des références en la matière!

Le secteur a en effet misé sur le digital marketing pour toucher ses consommateurs. Surtout que les marques n’interagissent autrement que via les acteurs de la Grande Distribution. Là, c’est l’occasion d’avoir une communication directe. D’autant que la concurrence est devenue acharnée. La transition digitale est donc devenue incontournable pour les entreprises souhaitant réussir à se différencier. Le cas de Michel et Augustin fait encore référence!

Ainsi, depuis plus d’une décennie, l’agroalimentaire est en avance sur d’autres secteurs. Il a exploité la puissance du digital en marketing. L’industrie est partie à l’assaut des réseaux sociaux. Facebook, puis Twitter, Instagram et Snapchat… tous les moyens sont bons! Surtout, en veillant à chaque fois à adapter son message à l’audience. Certains industriels ont d’ailleurs noué des partenariats avec des Youtubeur influents. Ils touchent alors une audience colossale par rapport à un spot TV et pour un coût moindre.

… et interagir

Les Community managers veillent à ce que la moindre vidéo devienne virale ! Mais ils sont aussi là pour interagir en temps réel et gérer une relation client « de masse ». Ils s’assurent qu’aucune question ne reste sans réponse. Mais aussi d’étouffer dans l’œuf la moindre polémique à propos d’un produit. Ils contrôlent aussi l’adhésion des premiers consommateurs aux messages et aux produits. Leur retour permet alors de modifier la recette ou d’intensifier une campagne de digital marketing. Enfin, la surveillance des réseaux sociaux permet de connaître la notoriété et la e-réputation de l’entreprise. 

Pour tout cela, la dimension temps réel est très importante. Elle permet de réagir au plus tôt et d’interagir au bon moment.

Les professionnels du secteur sont en effet très attentifs à leur image. C’est devenu une nécessité depuis les dernières crises sanitaires. La vache folle, la crise de la viande de cheval, sont passées par là.

Une digitalisation agroalimentaire grâce aux partenariats

Mais la digitalisation de l’agroalimentaire touche aussi d’autres secteurs : unité de production, logistique, distribution, fonctions « support »…

Pour cela, certaines entreprises du secteur misent sur la création d’un écosystème ouvert. Ils intègrent alors des partenaires externes. Ces-derniers apportent alors la maîtrise des technologies, l’agilité, l’innovation, l’analyse des modes d’organisation… Ces atouts, font parfois défaut aux industriels. 

Pionnier dans le secteur, le Domaine Ponsot a digitalisé sa supply chain. Il s’est associé avec la start-up eProvenance dès 2014. C’est ainsi, qu’il a pu fabriquer des caisses de vin « intelligentes », équipées de capteurs (température, hygrométrie) et des puces RFID pour communiquer. Ainsi, l’entreprise maîtrise précisément les conditions de distribution. Mais il instaure aussi des interactions avec ses clients : conseils de dégustation, récupération d’informations de consommation. Une application mobile pour iOS et Android a été développée pour pouvoir scanner ses caisses. Toutes ces actions participent à la supervision et l’optimisation des activités mais aussi à une meilleure relation client.

Autre exemple, depuis 2017, le groupe Bel travaille avec le CEA Tech pour transformer ses process de productions industrielles. Leur usine du « futur » devrait être achevée cette année.

D’autres initiatives plus ou moins similaires existent mais elles partagent toutes le même but : récolter des données sur ses consommateurs. Comme toujours, la connaissance client est cruciale… En effet, après analyse, cela permet à la R&D d’orienter le prochain produit vers le succès.

La digitalisation agroalimentaire passe par l’emballage

Les nouvelles technologies de capteurs et les capacités de traitement de données recueillies assurent une traçabilité d’une extrême précision.

Les QR codes, collés sur les emballages ou les produits permettent de diffuser un maximum d’informations. Par ailleurs, plusieurs start-ups travaillent, sur un système mêlant digital et biotechnologies. Cela permettra de renseigner le consommateur sur les conditions de fabrication d’un produit alimentaire.

La digitalisation de l’agroalimentaire va également entraîner des gains de productivité en réorganisant les chaînes de production. La logistique bénéficiera d’une meilleure gestion des flux grâce à des algorithmes puissants. La robotique accélère les opérations de manutention. Le numérique peut aussi aider à mettre en place des procèdes éco-responsables comme les emballages biosourcés.

La transformation digitale porte en elle des incertitudes. Comme toute révolution technologique majeure, elle va entraîner des bouleversements et des opportunités d’augmentation de valeur! Pour qu’elles se concrétisent, les entreprises agroalimentaires doivent s’approprier au plus vite les outils digitaux. Et accepter de remettre en cause leurs modèles.


Timothée de Lyon

Mes sujets préférés sont les données, les besoins métier et… le Développement Durable! Croyez-moi les 3 s’associent très bien!

N’hésitez pas à me contacter sur LinkedIn et me faire un retour sur cet article!

Timothée

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi ...

Digital Pharma Lab en route pour le médicament du futur!
Performance et Adaptation

Le Digital Pharma Lab accélère la digitalisation de l’industrie pharmaceutique

Après avoir hésité à se lancer dans la transformation digitale, l’industrie pharmaceutique française veut désormais rattraper son retard! Pour y parvenir, elle compte sur son incubateur: le Digital Pharma Lab. Là, les groupes industriels du secteur marchent de concert avec de nouvelles start-up… Et développement de nouvelles idées très innovantes.

Lire plus »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles

La protection des données nous tient à cœur. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment. Pour plus d'informations, consultez notre politique de confidentialité.

Livre blanc

les problématiques du manager dans un livre blanc
La protection des données nous tient à cœur. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment. Pour plus d'informations, consultez notre politique de confidentialité.

Partagez nos articles

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Rechercher

une organisation rayonnante

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies. Voir notre Politique de confidentialité.