Le Digital Pharma Lab accélère la digitalisation de l’industrie pharmaceutique

digital pharma lab, un nouvel ere pour la pharmacie ?

Après avoir hésité à se lancer dans la transformation digitale, l’industrie pharmaceutique française veut désormais rattraper son retard! Pour y parvenir, elle compte sur son incubateur: le Digital Pharma Lab. Là, les groupes industriels du secteur marchent de concert avec de nouvelles start-up… Et développement de nouvelles idées très innovantes.

Digital Pharma Lab : La m-santé au chevet des laboratoires

Longtemps, l’industrie pharmaceutique a été privé des retombées technologiques et économiques de la transformation digitale. Les laboratoire sont encadrés par les réglementations de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament. Du coup, ils ont dû attendre le début des années 2010 pour se pencher sur le numérique. Cela conduit aujourd’hui, à la progression fulgurante de la data dans ce qu’on appelle aujourd’hui la télésanté ou la m-santé.

Lancé en 2019 et soutenu par la Banque Publique d’Investissement, le Digital Pharma Lab veut faire le lien entre start-up du domaine de la m-santé et les laboratoires. 

« L’objectif est d’aider les start-up de la pharmatech à se développer mais aussi de faire entrer l’innovation dans les laboratoires pharmaceutiques et leur faire adopter de nouvelles méthodes de travail, plus agiles. » explique Pascal Bécache, fondateur de la structure.

Sur un marché globalisé comme celui de la Pharma, il est vital de rattraper ce retard. L’incubateur est peut-être le moyen d’y arriver.

Digital Pharma Lab pour aider les patients grâce au digital

Chaque année, le Digital Pharma Lab présentera donc une nouvelle promotion de start-up. Il l’accompagnera pendant quatre mois pour booster leur activité. Parmi les entreprises sélectionnées au cours de concours et autres hackathons, certaines se distinguent par leurs innovations. Les applications qui en découlent pourraient bien provoquer une petite révolution numérique dans l’industrie pharmaceutique.

Prenons par exemple My Brain Technologies. Cette société a lancé la commercialisation du casque Melomind, capable de mesurer votre activité cérébrale. L’accessoire transmet ses données en bluetooth a votre mobile. Il se sert de ce « neurofeedback »  en temps réel pour produire des sons relaxants.

Lucine, start up Bordelaise, s’intéresse à la mise en place d’une application pour soulager la souffrance liée aux douleurs chroniques. Elle utilise pour cela des dispositifs de reconnaissance faciale. Ils vont recueillir des données mais font également appel à la réalité virtuelle pour traiter ces douleurs. En accompagnant au quotidien les patients, le digital installe un suivi sur mesure et de qualité.

Simplifier les process d’une industrie en manque de souplesse

L’innovation de ces nouvelles entreprises ne concerne pas seulement le rapport au patient. L’organisation interne des laboratoires pharmaceutiques est également concernée. Ainsi que les rapports qu’ils entretiennent avec les professionnels de santé et les officines. Offisanté, se présente comme « une solution de performance » pour les officines. Elle permet de piloter à distance sa pharmacie pour mieux suivre son activité en temps réel . Ainsi, elle gère aussi plus efficacement ses stocks grâce à ses données. Coté ressources humaines, Pharmach ambitionne de devenir la plate-forme de liaison entre les acteurs de l’industrie et les travailleurs indépendants.

Et que dire de Vemli ? Ce portail vidéo s’adresse aux professionnels de santé et les aiguiller, grâce à une sélection de vidéos promotionnelles autorisées par l’ANSM, dans leur choix des solutions thérapeutiques et des traitements les plus adaptés à leurs patients. D’ailleurs, ces trois derniers projets feront l’objet d’une présentation détaillée par le Digital Pharma Lab le 7 juillet prochain. A suivre avec attention!

Le Digital Pharma Lab prévoit de sélectionner au moins neuf start ups par an!. Nul doute qu’une flopée d’innovations va en ressortir. Cela contribuera à la transformation digitale du secteur et permettra peut-être de rattraper notre retard. La Data, l’internet des objets et l’intelligence artificielle peuvent aller plus loin dans ce secteur. Avec toujours pour ambition de faire éclore de meilleurs soins pour les patients et une organisation plus efficace.

______________________________________________________

Mes sujets préférés sont les processus, la data et l’excellence opérationnelle!

N’hésitez pas à me faire un retour sur cet article ou à me contacter sur LinkedIn pour partager nos actualités!

Stéphane

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi ...

Digital Pharma Lab en route pour le médicament du futur!
Performance et Adaptation

Le Digital Pharma Lab accélère la digitalisation de l’industrie pharmaceutique

Après avoir hésité à se lancer dans la transformation digitale, l’industrie pharmaceutique française veut désormais rattraper son retard! Pour y parvenir, elle compte sur son incubateur: le Digital Pharma Lab. Là, les groupes industriels du secteur marchent de concert avec de nouvelles start-up… Et développement de nouvelles idées très innovantes.

Lire plus »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles

La protection des données nous tient à cœur. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment. Pour plus d'informations, consultez notre politique de confidentialité.

Livre blanc

les problématiques du manager dans un livre blanc
La protection des données nous tient à cœur. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment. Pour plus d'informations, consultez notre politique de confidentialité.

Partagez nos articles

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Rechercher

une organisation rayonnante

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies. Voir notre Politique de confidentialité.