Coda et le no code, pour document aussi puissant qu’une application

Coda no code

Coda est une plateforme no code qui permet de créer des feuilles de calcul, des documents texte, des présentations, des listes de tâches pour les transformer en application Web.

Deux vétérans de l’industrie

Coda a été fondée en 2014 par Shishir Mehrotra et Alex DeNeui. Le premier, Shishir, a assuré des postes de direction chez Microsoft et YouTube. Quand à Alex, il a également travaillé chez Microsoft, puis Google. Les deux hommes veulent réimaginer le document en ligne et révolutionner le modèle de la suite bureautique de Google.

Ils veulent créer un produit flexible et facile à prendre en main. Mais surtout, qui puisse servir à créer n’importe quel type de document à partir d’un page blanche. Il devra ensuite devenir interactif et réagir comme une application Web. Pour simplifier la vie de l’utilisateur, ils optent pour le no code.

Malgré plusieurs levées de fonds qui lui ont rapporté plus de 600 millions de dollars, Coda passe relativement inaperçue. A l’ombre des géants Google et Microsoft avec sa suite Office 365. Sur le marché concurrentiel des outils de productivité, Coda va finir par émerger en raison de la pandémie de Covid 19. Aux Etats-Unis, le télétravail déjà banal, va s’intensifier. Les entreprises testent ainsi les offres des start-ups comme Slack ou Coda.

Actuellement, de l’aveu même de son PDG, Shishir Mehrotra, Coda n’est toujours pas rentable. D’un côté Coda aurait doublé ses revenus au printemps 2020. De l’autre, bon nombre de PME qui formaient le gros de sa clientèle ont finies par mettre la clé sous la porte, terrassés par le coronavirus. Coda compte parmi ses clients principaux Uber, Spotify, le New York Times, Figma, Doordash ou encore Square.

Coda et le no code, une souplesse inégalée

Schématiquement ou pourrait dire que Coda rassemble les logiciels de productivité actuels (feuille de calcul, traitement de texte, to-do liste, etc.) en y ajoutant des fonctions de partage, de collaboration et aussi des options de visualisation de données.

Au lancement Coda affiche une feuille blanche semblable à celle de Word. Il suffit alors d’enter quelques lignes de texte et de cliquer sur l’icône tableau. On peut ainsi voir Coda créer les colonnes et proposer d’y ajouter des boutons afin intégrer divers services dans le document. Par exemple, si on entre Google Directions dans une formule, Coda insère une carte Google Maps avec les indications que vous lui avez donné, idem avec la météo fournie par AccuWeather. A noter que chaque ligne et colonne sont nommées et peuvent être appelées dans une formule. Autre innovation : le symbole « = » permet d’importer des données de différentes sources dans un document.

Si la page blanche intimide, Coda propose des dizaines de modèles (CRM, RH, gestion de bibliothèque, compte-rendu de réunion, gestion de projet, etc.). Ceux-ci peuvent convenir à votre business et réponde à des besoins extrêmement variés. Que ce soit en termes de planification, de projets ou de collaboration.

A noter que la plateforme no code Coda propose une version gratuite pour découvrir les possibilités de l’outils. Mais seule la version payante à partir de 10 dollars (8,30 euros) par personne et par mois permet de libérer toutes les fonctionnalités de Coda. Notamment celle de l’intégration. Coda disposait depuis 2018 d’une intégration Zapier. La solution propose désormais des packs pour ajouter des connexions à plus d’une vingtaine de services. Comme par exemple comme Dropbox, Gmail, Google Calendar, Intercom, Slack, Wikipédia et YouTube.

Quelques exemples d’utilisation

Chez Loom, le no code de Coda est employé pour gérer l’accueil des nouveaux embauchés. L’article en lien permet d’accéder à leur document et voir comment il est structuré. Il propose un trombinoscope de l’équipe et un organigramme, une section avec des vidéos de chacune des personnes qui a contribué au recrutement. Il y aussi une fonction « tour » qui permet de voir les endroits où habitent et travaillent chacun des employés de Loom (intégration avec Google Maps). Le nouvel arrivant reçoit aussi un calendrier d’accueil (vue tableau dans Coda) qui contient les premières tâches et des vidéos de formation

Chez Signify.ai (traitement et analyse des données) Coda est devenu la clé de leurs processus de gouvernance au quotidien. Leur modèle est complexe et complet. Il permet d’identifier les rôles et responsabilités de chacune des personnes de l’organisation. Et de documenter l’ensemble des processus métier.

Le développeur et UX designer chez Invisible Technologies (RPA) Tim Bendt, a intégré dans le même document Coda, Figma, GitHub et Slack. Il peut ainsi accéder au prototype sur Figma et envoyer une notification sur Slack. Comme toute l’information est stockées dans des tables reliées entre elles, il visualise toutes les tâches en graphiques.


Mes sujets préférés sont les processus, la data et l’excellence opérationnelle!

N’hésitez pas à me faire un retour sur cet article ou à me contacter sur LinkedIn pour partager nos actualités!
Stéphane

Partager sur twitter
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles

La protection des données nous tient à cœur. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment. Pour plus d'informations, consultez notre politique de confidentialité.

Livre blanc

les problématiques du manager dans un livre blanc
La protection des données nous tient à cœur. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment. Pour plus d'informations, consultez notre politique de confidentialité.

Partagez nos articles

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Rechercher

une organisation rayonnante

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies. Voir notre Politique de confidentialité.