Innovation IT : innover toujours plus et mieux

innovation IT

Survivre grâce à l’innovation IT

Le monde bouge de plus en plus vite et c’est d’autant plus vrai dans le secteur du numérique. Avec l’innovation IT, on prend de l’avance sur les événements qui peuvent survenir dans le futur. On cherche des solutions pour les problématiques en devenir. Avant tout, l’innovation permet à une entreprise de se différencier de la concurrence. Le but reste de simplifier la vie à l’utilisateur final et au client. L’innovation ouvre la voie à la conquête de nouveaux marchés assurant la croissance de l’organisation. L’innovation propose aux salariés de relever des défis. Une entreprise qui ignore l’intérêt de favoriser la poursuite d’idées innovantes génère de la démotivation, de l’ennui (le bore-out) dans ses équipes.

En bref, innover c’est survivre. L’entreprise n’existe plus si elle n’innove pas. Les exemples sont légion comme Nokia, leader de la téléphonie mobile, qui a raté le virage du smartphone ou Kodak avec celui des appareils photo numériques. L’innovation permet de s’adapter par la création de solutions différentes, en rupture avec celles du passé. Enfin, il s’agit de trouver des façons de résoudre des problématiques qui n’ont pas été adressées.

L’innovation demande beaucoup de temps et peu d’argent

Pour pouvoir innover, cela demande du temps. Chez Google, par exemple, 20 % du temps de travail d’un salarié est dédié à la création de quelque chose. Cette journée « offerte » doit être utilisée pour développer une solution ou un sujet qui passionne le ou la salariée. C’est ainsi que sont nés Google Maps, Gmail ou le Google Art Project. Il faut donc investir du temps pour essayer de construire quoi que ce soit. Les vaccins à ARN messager étaient en développement depuis environ 20 ans avant d’arriver sur le marché pour contrer la COVID-19. Surtout, on doit encourager ses salariés à créer. Le message doit être fort et concret : versement de primes, promotion hiérarchique, félicitations, etc.

Concrètement pour une ESN, on sort un consultant de sa mission pour le faire plancher sur des sujets innovants. Pendant ce temps, le consultant ne facture plus et coûte de l’argent en formation afin de monter en compétence dans un domaine particulier. Cet aspect formation se révèle très important. Pour exploiter certaines technologies émergentes, on doit payer les cours, les licences, etc. Avec une particularité : cet investissement peut mener à des résultats comme il peut se solder par un échec. L’échec devient un moteur pour explorer de nouvelles pistes. L’entreprise doit en tirer les leçons et avancer.

L’innovation IT aux deux visages

D’une part, on trouve une problématique purement métier ou business, l’innovation consiste à chercher des solutions techniques pour y répondre. Nous sommes là dans le réel, le concret. D’autre part, on va explorer ou créer des solutions techniques, des technologies innovantes dont on ne sait pas encore quels problèmes elles vont résoudre. C’est la démarche adoptée par de grandes multinationales comme Apple ou Google et certains états qui investissent dans des programmes de recherche sur vingt ans.

La plupart des ESN s’avèrent plus pragmatiques et préfèrent s’attaquer à un problème business. Les clients viennent les voir pour résoudre des problématiques métiers. Par exemple, Colissimo souhaite mettre en place un canal de communication avec son client pour connaître son niveau de satisfaction, découvrir ses attentes et créer du lien avec lui. Ce canal virtuel de communication se matérialise sous la forme de notifications. Le client est informé en temps réel du statut de son colis et peut interagir avec l’entreprise grâce à un lien sécurisé pour donner des instructions en cas d’absence. Ce système constitue un exemple d’innovation certes, à petite échelle, mais il impacte fortement le business de l’entreprise.

La montée en compétences des équipes assure la portée de l’innovation. En effet, les technologies innovantes d’aujourd’hui deviendront des standards dans les quatre ans qui viennent. Aujourd’hui, avoir l’information en temps réel n’est plus un luxe, ce n’était pas le cas il y a cinq ans. Facebook, Twitter et les messageries instantanées amplifient le phénomène. Il ne faut pas rater « le train » des évolutions technologiques. L’anticipation permet de conquérir de nouveaux marchés, de nouer de nouvelles relations commerciales et damer le pion à la concurrence.

_____________________________________________________________________________

organisation-performante-qui-sommes-nous-nidhal

Passionné par les méthodes Agile et les Architectures Réactives, je travaille depuis plusieurs années au cœur de Directions des Systèmes et d’Informations.

N’hésitez pas à me faire un retour sur cet article ou à me contacter sur LinkedIn pour partager nos actualités !

Nidhal

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles

Recevez chaque mois par e-mail les derniers articles et livres blancs publiés, ainsi que des informations concernant l’actualité IT ! 

Livres blancs

Partagez nos articles

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Rechercher

une organisation rayonnante

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies. Voir notre Politique de confidentialité.