La blockchain aide la finance

blockchain finance

Les qualités intrinsèques de la blockchain en ont fait un outil de choix pour le secteur de la finance. La transparence, l’immutabilité, la sécurité et la pérennité des informations que propose cette technologie ne pouvaient, en toute logique, que les séduire. Le mouvement d’un système centralisé de données vers la décentralisation qu’offre la blockchain suit aussi l’évolution numérique de la banque. Il faut aussi dire que c’est un curieux paradoxe, car la blockchain sous-tend le fonctionnement des crypto-monnaies, des devises virtuelles, qui s’affranchissent des banques centrales d’état et des banques de détail. Voyons en quoi cette technologie prête main-forte au secteur bancaire.

Une garantie de « Compliance »

La « compliance » correspond simplement au respect des règles établies au sein des établissements financiers. D’une certaine façon, elle peut être assimilée à la prévention du risque. Mais, depuis la crise financière, les institutions semblent avoir du mal à respecter les règles. Depuis fin 2008, les banques ont payé plus de 21 milliards de dollars d’amendes. Pour ne plus avoir à payer de lourdes sanctions, les établissements financiers ont notamment été obligés d’investir et de faire appel aux fintechs pour remédier à leurs problèmes de réglementations. Elles ont dû faire appel à une branche particulière de ce secteur qu’on appelle les « regtech ».

Les regtech (reglementation technology) sont des entreprises (de startups) qui développent des outils informatiques répondre aux besoins du secteur bancaire. Elles utilisent de nouvelles technologies dans le secteur de la finance, notamment la blockchain, pour faciliter l’application des exigences réglementaires. Les regtech se sont spécialisées dans l’utilisation de la data en respectant la réglementation. Elles placent la conformité bancaire au cœur de l’innovation.

La blockchain permet à la finance une bonne connaissance des clients

Dire que la banque, pour minimiser les risques, doit obtenir une vision 360 de son client relève de l’évidence. C’est la raison pour laquelle les établissements ont lancé des processus KYC pour Know Your Customer (en français : connaître ton client). Il s’agit d’un ensemble de procédures mis en place dans les établissements financiers pour détecter les risques clients. Par exemple, pour une banque, être impliquée indirectement dans une affaire de blanchiment d’argent, de fraude ou de financement du terrorisme peut être lourd de conséquences. Pour prévenir cela, les banques appliquent les réglementations. Ces dernières imposent de récolter des informations sur leurs clients afin de repérer les opérations frauduleuses. 

Le processus classique KYC, intégration d’un client dans une banque, consomme du temps à cause de tâches redondantes (contrôle manuel des documents, scoring), s’avère coûteux et moyennement sécurisé (information centralisée sous la responsabilité d’un administrateur). La blockchain représente une solution à ces problèmes. Le client reste propriétaire de ses données et les enregistre dans une blockchain qui sera alors accessible à toutes les banques (blockchain consortium). Pour les banques, la réduction des coûts et le gain de temps se révèlent énormes. La mise en œuvre de processus KYC avec la blockchain impacte ainsi la relation client positivement. Elle assure la self sovereign identity (garder le contrôle sur son identité numérique et la gérer soi-même). 

Une identité naissante à protéger

La blockchain est une garante de la future identité électronique européenne sécurisée que la nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, appelle de ses vœux. Elle en a résumé le principe : « Une identité fiable, que tout citoyen pourra utiliser partout en Europe pour n’importe quel usage, comme payer ses impôts ou louer un vélo. Une technologie qui nous permettra de contrôler quelles données nous partageons et l’usage qui pourra en être fait. » Une identité dont le RGPD a posé les bases et qui se verra renforcée grâce à la blockchain. Cette dernière garantit que chacun reste propriétaire de ses données et garde le contrôle sur leur diffusion et leur utilisation. 

Merci à Eya qui a co-écrit cet article !


Timothée de LyonMes sujets préférés sont les données, les besoins métier et… le Développement Durable! Croyez-moi les 3 s’associent très bien!

N’hésitez pas à me contacter sur LinkedIn et me faire un retour sur cet article!

Timothée

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi ...

Confiance blockchain
Performance et Technologies

La blockchain ou la confiance sans intermédiaire

Initialement liée aux cryptomonnaies, la technologie de la blockchain intéresse désormais d’autres secteurs. Sa conception et son mode de fonctionnement expliquent comment la blockchain génère

Lire plus »
blockchain
Performance et Technologies

Qu’est-ce que la blockchain ?

Blockchain. Popularisé avec l’explosion des crypto-monnaies, Bitcoin en tête, le terme est depuis peu repris par nombreuses entreprises pour assurer la traçabilité de leurs produits,

Lire plus »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles

Recevez chaque mois par e-mail les derniers articles et livres blancs publiés, ainsi que des informations concernant l’actualité IT ! 

Livres blancs

Partagez nos articles

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Rechercher

une organisation rayonnante

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies. Voir notre Politique de confidentialité.