Vers un management opérationnel 4.0 pour plus de performance

performance management opérationnel

Le management opérationnel comprend un ensemble d’actions qui assurent la gestion quotidienne de l’entreprise. Elles ont pour vocation d’assurer le respect des objectifs sur une période donnée. Plutôt à court terme, comme la semaine, le mois ou l’exercice en cours. La performance d’un management opérationnel repose sur le bon déroulé de la mission au quotidien de l’entreprise, la cohésion des équipe, l’atteinte des objectifs… Mais aussi sur la capacité à intégrer la qualité de vie au travail et à capitaliser sur le retour d’expérience des problèmes.

Le manager opérationnel est obligé d’évoluer pour rester dans la course et relever de nouveaux défis.

La performance du management opérationnel

Le manager opérationnel a pour vocation de gérer (concevoir, planifier, organiser, mettre en œuvre, améliorer, contrôler) ce qui relève du quotidien de l’entreprise et plus généralement, des décisions à court terme, en cohérence avec les choix stratégiques pris par la direction. Dans les organisation de taille moyenne et au-delà, chaque service dispose de son manager opérationnel. Par exemple, le responsable logistique définit et optimise les niveaux de stock pour répondre à la demande. Le responsable marketing fixe, quant-à-lui, les augmentations de prix pour l’année à venir, etc.

La performance dans ce domaine se traduit par la recherche d’excellence opérationnelle. Il s’agit d’exploiter au mieux les ressources mises à disposition pour réaliser l’activité voulue et atteindre les objectifs fixés. Du point de vue des indicateurs, la performance se mesure en termes d’efficience. On établit le ratio des résultats face aux moyens ou ressources mises en œuvre. La performance s’exprime alors en termes de rendement, de productivité, de profitabilité que l’on peut attribuer au manager qui a su tirer le meilleur de ses équipes.

Pour faire face à un environnement mouvant et incertain, le manager opérationnel performant se doit d’abandonner les modèles d’organisation rigides pour faire la part belle à l’agilité . Le développement des compétences des collaborateurs, le management des processus sont autant de pistes pour parfaire l’efficience de son activité.

La crise sanitaire et le confinement ont ouvert la porte aux changements. Les mesures sanitaires ont jusqu’à présent contraint les organisations. Mais c’est aussi l’opportunité de se réinventer. Comme un changement d’organisation avec le passage à la méthode agile et une transformation digitale en profondeur. Elle est devenue la priorité numéro dans le management opérationnel.

Le management post Covid ou 4.0

Depuis trop longtemps, les managers subissent des méthodes de travail générant des erreurs et du travail administratif. Aujourd’hui, avec des effectifs limités, de nouvelles mesures à piloter, et des procédés réorganisés pour la distanciation sociale, le manager doit s’appuyer sur de outils comme la RPA pour automatiser les taches afin de permettre à ses équipes de se consacrer à des tâches à plus forte valeur ajoutée.

Au cours des années 90, les managers du genre contremaître ou « inspecteur des travaux finis » avaient presque entièrement disparu. Désormais, après le passage de la pandémie, les derniers spécimens appartiennent définitivement au passé. Le nouveau manager opérationnel, version 4.0, doit être perçu comme un animateur bienveillant de la sécurité et de la performance. Également dévoué au développement de ses collaborateurs.

Pour relever le défi, il doit avoir une gestion dirigée, où les suivis de performance sont précis, une capacité à collecter un maximum de données et assigner rapidement des plans d’action. Il doit également gagner la confiance de ses équipes non pas par la démonstration de compétences techniques… Mais par celles d’habiletés de pilotage et de coaching des collaborateurs. Il prouvera aussi qu’il est capable de communiquer de façon fluide, horizontalement et verticalement. 

Il devra faire preuve de ses aptitudes de suivi et produire des insights matérialisés par des tableaux de bord numériques en adéquation avec l’ambition souhaitée par la direction.

Pour aller plus loin, le manager opérationnel devra s’assurer de la bonne circulation de l’information (de la direction vers le terrain et vice-versa). Il faudra qu’il soit moteur sur le partage et l’harmonisation des pratiques.

Enfin, il donnera à la direction une vision sur la performance du management à l’aune de l’exécution : atteinte ou dépassement des objectifs fixés.


Les sujets qui m’intéressent le plus sont Data, Organisation et Temps Réel !

N’hésitez pas à me faire un retour sur cet article ou à me contacter sur LinkedIn pour partager nos actualités!

Andrea

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles

La protection des données nous tient à cœur. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment. Pour plus d'informations, consultez notre politique de confidentialité.

Livre blanc

les problématiques du manager dans un livre blanc
La protection des données nous tient à cœur. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment. Pour plus d'informations, consultez notre politique de confidentialité.

Partagez nos articles

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Rechercher

une organisation rayonnante

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies. Voir notre Politique de confidentialité.