La Digital Factory : nouvelle arme du secteur de l’aéronautique

Digital factory et aéronautique : priorité aux innovations

Avec la crise sanitaire qui a considérablement ralenti le trafic aérien, de nombreux acteurs du secteur aéronautique vont chercher à revoir leurs modèles. Pour cela, les acteurs s’étant dotés d’une digital factory vont pouvoir exploiter les données et outils dont ils disposent.

En effet, l’aéronautique baigne dans les données depuis longtemps. A travers les outils de communication et de guidage notamment. Pourtant, son industrie a tardé à saisir les enjeux de la transformation digitale sur ses activités de production ou sa relation client.

Quand la digital factory d’Engie inspire l’aéronautique

Comme dans d’autres secteurs tels que l’énergie,  des Digital Factory ont vu le jour chez les grands acteurs du secteurs. Derrière ce nom se cache en réalité des départements entièrement consacrés à la digitalisation et ses applications.

Big data, objets connectés, intelligence artificielle, présence numérique, cybersécurité, une Digital Factory ne met rien de coté. Au contraire! Tous les moyens sont bons pour tirer parti des technologies à sa disposition.

Ces pôles entendent également s’inscrire dans une volonté de réduire les coûts de fonctionnement des entreprises mais aussi de les rendre plus éco-responsable.

En France, Engie fut l’un des premiers à mettre en place ce concept en 2016 en investissant 1,5 millards d’euros dans sa Digital Factory.

La Digital Factory : un laboratoire du digital pour l’aéronautique 

cyber sécurité aéronautique

A l’époque le troisième énergéticien mondial choisit de s’allier avec un des géants de l’aéronautique mondiale : Thalès. Leur partenariat ne concerne alors que la cybersécurité. Cet aspect représente en effet un enjeu capital. Avec des avions échangeant de plus en plus de données en temps réel au cours des vols, la cyberprotection des appareils est devenu prioritaire pour l’aéronautique. Cette collaboration fructueuse donne alors des idées a Thalès.

En 2017, Le groupe spécialisé dans l’aérospatiale fonde à son tour sa propre Digital Factory.  Une entité de 150 personnes voit le jour à Paris dans le neuvième arrondissement. La structure se distingue par une organisation très horizontale et un état d’esprit basé avant tout sur l’innovation. Les projets fourmillent. On travaille sur les données pour améliorer la maintenance des avions et notamment des cockpit. Côté service client, les systèmes de divertissement sont également à l’étude. En interne, L’entreprise développé même une messagerie sécurisée pour les employés sous le nom de Citadel.

La Digital Factory fait donc office de véritable laboratoire de du Digital. Elle utilise l’expertise de ses équipes pour renforcer la qualité des services et optimiser le fonctionnement de l’entreprise.

Air France fait décoller ses données

C’est probablement ce qui a motivé Air France dans la création de sa propre Digital Factory en 2018. Sur le site de l’aéroport Roissy Charles de Gaule. 700m² sont dédiés à ce dispositif en charge d’accélérer la transformation digitale de la compagnie. Toujours dans un souci d’accueillir toutes les idées, tous les salariés de la compagnie peuvent aller sur le site. Des dizaines de projets sont actuellement à l’étude, et certains déjà livrés sont pour le moins prometteurs. 

Lea Loop par exemple, permet l’échange d’informations en temps réel entre les collaborateurs quand une anomalie est détectée sur des appareils au sol.

De son côté, Turn Around 360 permet de simuler les conditions de décollage d’un vol pour récolter des données et travailler sur la ponctualité des avions. 

Digital factory et humain

Dans ces deux exemples, on ne peut que se réjouir de la double influence du digital sur la technologie et les hommes. La transformation digitale bouleverse les objets du quotidien. Ce qui était physique hier se dématérialise aujourd’hui. Les données que nous devions entrer autrefois manuellement se collectent et s’échangent automatiquement.

L’humain aussi se transforme. Au sein des Digital Factory, Il se libère du poids de la hiérarchie pour décloisonner les idées et la communication. Ces structures sont d’ailleurs souvent qualifiées d’éphémères et mouvantes, à l’images des données qu’elles traitent à chaque instant.

Il faut donc y voir un projet de transformation de l’organisation. Par définition, il reste limité dans le temps.


Mes sujets préférés sont les processus, la data et l’excellence opérationnelle!

N’hésitez pas à me faire un retour sur cet article ou à me contacter sur LinkedIn pour partager nos actualités!

Stéphane

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi ...

DAF
Performance et Technologies

Le DAF se numérise

Le Directeur administratif et financier (DAF) collabore étroitement avec le dirigeant ou la de direction générale. Et cela afin d’envisager le développement stratégique et financier.

Lire plus »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles

La protection des données nous tient à cœur. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment. Pour plus d'informations, consultez notre politique de confidentialité.

Livre blanc

les problématiques du manager dans un livre blanc
La protection des données nous tient à cœur. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment. Pour plus d'informations, consultez notre politique de confidentialité.

Partagez nos articles

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Rechercher

une organisation rayonnante

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies. Voir notre Politique de confidentialité.